AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Les membres déjà enregistrés et validés, doivent choisir un nouveau groupe!
-39%
Le deal à ne pas rater :
Huawei P30 Smartphone
395 € 649 €
Voir le deal

Partagez
 

 It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Frankie Hansen

Frankie Hansen

Messages : 6
Subscribed : 03/11/2014
Credits : wayland + silver lungs
Face + dc : erw
Pseudo : une brune qui vous adore
Job + $ : musicienne désabusée
Heart status : en cours
Years-old : trente deux années de folie

It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die Empty
MessageSujet: It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die   It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die EmptyLun 3 Nov - 21:51

francesca hansen
It's a brand new me,
I've got no remorse!
Now the water's rising but I know the course!
I'm gonna shock the world.
©️ CREDITS (rbrtfrobisher - dr horrible's sing-along blog)

PRENOM NOM -  Francesca, prénom exotique que sa mère s'est fait un plaisir de lui donner, comme pour défier quiconque de douter de ses origines européennes. Celle qui est libre en latin, ce nom est pourtant synonyme de son ancienne cage. Susan était le prénom de sa grand mère et c'est tout naturellement qu'il lui est revenu dans la plus pur tradition familiale. Elle adore ce dernier prénom, bien plus que Frankie. Dans une autre vie elle aurait voulu être Susan, la fille normale, heureuse. Loin des excès et des souffrances. Son nom de famille est Hansen, nom dont la réputation n'est plus à faire en ville. Il est cependant d'abord celui de son père, homme qu'elle n'a qu'à peine connu et qui a rapidement quitté sa vie. Mais depuis quelques années ce nom s'est fait connaitre, d'abord dans les quartiers mal famés avant de devenir incontournable dans l'univers mondain international. C'est celui de Frankie, musicienne renommée qui le porte fièrement, défendant la belle réputation de cette vie qu'elle est parvenue à réécrire. / DATE DE NAISSANCE ET ÂGE - La blonde est née le 12 décembre 1982, elle fêtera ses 32 ans en fin d'année. Un âge qui ne lui importe plus vraiment. Elle est bien dans sa peau et sait que de toute façon, elle n'a pas le droit à un retour en arrière. / PAYS DE NAISSANCE -Ce sont les Etats-Unis qui l'ont vu naitre, quand bien même son père était anglais. Elle a d'ailleurs hérité de son flegme, l'une de ces rares choses qu'il lui a laissée, ainsi qu'une marque en forme de lune sur la hanche. / ORIGINE ET NATIONALITÉ - Austin, Texas, USA. Dans une clinique privée en toute discrétion. Déjà à l'époque l'image et la discrétion étaient de mises. Fran n'est arrivée à New York que huit ans auparavant, après plusieurs années d'errance et de souffrances aux quatres coins du pays. / MÉTIER/ÉTUDES - Avec un an d'avance sur les camarades de son âge, Frankie s'est tournée vers des études de droit à Harvard pour le plus grand bonheur de son beau-père. Elle a tout plaquée à vingt-deux ans, envoyant sa famille et le reste de son monde bouler alors qu'elle apprenait la nouvelle vie de son père qui lui était parti vivre comme il le souhaitait quand elle s'obligeait à être une autre. Elle a commencé à errer, à vivre de tout et de rien et à se perdre dans les tréfonds du monde. Elle a vécu les pires choses, a vu les pires horreurs. Avant de se reprendre en main et de se sortir de la merde, il y a six ans. Elle s'est mise à jouer, sa grande passion, allant de caves à caves, de bars New-Yorkais à bars New-Yorkais sans plus de succès. Cependant, repérée lors d'une soirée chez un ami durant laquelle elle démontra son talent pour la musique, elle fut repérée par un agent. Un virage dont elle avait toujours rêvée. Devenant rapidement une légende de la musique contemporaine, elle s'est faite un nom en jouant un peu partout dans le monde. Cependant ce temps semble révolu alors qu'elle vient de perdre un peu plus de 50% de ses capacités auditives. Elle sort de l'hôpital et pense ne pas pouvoir continuer sa carrière, ce qui la déprime terriblement. Il ne lui semble savoir rien faire d'autre que de se laisser bercer au rythme des notes de musiques. / ÉTAT MONÉTAIRE - D'abord elle fut riche, grâce à l'argent de son beau père. Puis elle quitta son nid d'or et d'argent pour aller s'enfoncer dans les bas fonds des Etats-Unis. Maintenant elle a remontée la pente et gagne très bien sa vie, multipliant les concerts et les participations à des albums très prisés. C'est si bon d'arriver chaque jour devant un frigo plein. / ORIENTATION SEXUELLE - Francesca ne sait pas vraiment. Elle a aimée des hommes et des femmes. Elle aime la force d'un homme, la douceur d'une femme. Parfois masculine, parfois féminine, elle n'ose pas se décider quant à un genre aimé, trop terrifiée à l'idée de rater l'amour de sa vie. En attendant, elle enchaine les tests. / STATUT CIVIL - Fran ne sait pas comment elle doit se présenter. Elle a quittée son fiancé il y a quelques semaines, après deux ans d'une histoire d'amour passionnée. Cependant, elle s'est déjà mise à fréquenter un autre homme, pour le plaisir des sens plus que par besoin. Que de voir son ex jaloux lui donne aussi l'impression de pouvoir gérer un peu sa vie, de diriger au moins quelque chose dans son existence chamboulée. Et puis, il y a bien cette fille qui lui fait de l'oeil, mais elle ne sait plus trop quoi en penser. / TRAITS DE CARACTÈRE - Forte, solitaire, froide parfois, rêveuse, cultivée, curieuse, créative, démago, impatiente, investie, passionnée, pessimiste. / GROUPE - barely breathing.

Trying to make it on my own, I thought I could never do this alone.
Dans cette section vous insérerez les tics et manies, les points importants de votre personnages. Passant par ces traits physique particulier comme des tatouages ou des cicatrices. Parler de sa famille, s'il préfère les chiens ou les chats, s'il en a un, s'il vit dans une maison ou un appartement. Ce genre de petite chose qui rende votre personnage bien plus intéressant. Vous pouvez les séparés avec un symbole, ou avec des chiffres. Ne déformez pas le modèle. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nullam sagittis euismod lectus, ornare auctor libero iaculis vel. Pellentesque habitant morbi tristique senectus et netus et malesuada fames ac turpis egestas. Class aptent taciti sociosqu ad litora torquent per conubia nostra, per inceptos himenaeos. Ut rutrum facilisis orci sit amet mollis. Morbi ac aliquam justo, eu auctor libero. Mauris ornare ipsum tincidunt, fringilla nulla at, congue urna. Mauris in varius mauris, in vehicula tortor. Nulla vehicula, lorem eu ultrices tincidunt, enim nibh mollis sapien, vitae porttitor dui felis ac turpis. Integer eleifend mollis eleifend. In dapibus ullamcorper felis, ornare imperdiet elit tincidunt vel. Nam pretium congue mauris quis tristique. Integer feugiat erat sed eros mollis, feugiat pellentesque augue sagittis. Morbi id velit in risus imperdiet vestibulum

Spoiler:
 


Dernière édition par Frankie Hansen le Mar 4 Nov - 19:29, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Frankie Hansen

Frankie Hansen

Messages : 6
Subscribed : 03/11/2014
Credits : wayland + silver lungs
Face + dc : erw
Pseudo : une brune qui vous adore
Job + $ : musicienne désabusée
Heart status : en cours
Years-old : trente deux années de folie

It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die Empty
MessageSujet: Re: It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die   It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die EmptyLun 3 Nov - 21:52


✯ CHAPITRE UN.

16 ANSUne adolescente comme les autres. C'est ce qu'elle s'efforçait d'être, dessinant sur son cahier alors que le professeur balançait à tout va des mots qu'elle n'écoutait déjà plus, ennuyée par les récits de ce vieil homme à l'énergie dans les chaussettes. Elle n'en pouvait plus de ce cours sur les cultures étrangères. Elle n'en pouvait plus de cette école. Elle avait l'impression d'exploser et pour la première fois de sa scolarité, elle voulait tout envoyer valser. Mais non, une école privée au prix exorbitant ne se quitte pas sur un coup de tête et son beau-père la tuerait si il lui prenait l'envie de sécher le lycée. Pas attentive pour un sous, elle se perdait dans ses pensées. Son beau-père était en pleine montée sociale, l'avocat talentueux faisait ses premiers pas en politique. On présenterait bientôt la jeune fille au monde d'en haut comme le disait si bien sa mère, si fière de son ascension sociale, de ce mariage qui faisait d'elle une grande femme plutôt que la moins que rien incapable d'élever son enfant que l'homme avait prit en pitié, des années après sa naissance. Oui bientôt elle ferait ses débuts dans les mondanités comme fille adoptive et protégée. À seize ans, elle devenait aux yeux de son paternel une adulte responsable et ce devant des êtres tous plus fourbes et faux que le précédent. Le soir après les cours elle allait apprendre à conduire avec le chauffeur de ses parents, puis rentrait chez elle le temps de déjeuner avant de se mettre à ses devoirs, ne se détendant qu'une fois tout ses cours retravaillés. Fran était épuisée. Cette routine terrible la fatiguait. Elle finirait par devenir dingue à force de ne plus avoir une minute pour elle. La seule chose qu'elle avait l'autorisation de faire en semaine ? Son piano. Le weekend, c'était sport, soirées et travail, encore. Rien que de penser à cette compétition de tennis ce week end la désespéra et elle lança dans l'auditorium un soupir un peu trop prononcé. « C'est Ragnar Lothbrok qui vous fait soupirer ainsi mademoiselle Hansen ? Ou simplement le plaisir de notre compagnie ? » Elle leva instantanément les yeux vers le vieil homme au regard accusateur. Autour d'elle, des rires se firent entendre et elle ouvrit la bouche pour répondre, pas très à l'aise, se redressant dans son siège. « Je... » Posant son crayon, elle laissa sur la feuille recouverte de gribouillis un bras désireux de cacher les formes du regard de ses voisins de tables. « Je trouvais simplement ridicule monsieur, qu'un homme tel que Lothbrok se soit arrêté à Paris alors qu'il aurait trouvé plus au sud de nombreuses richesses, comme au Mens ou à Angers par exemple. » La classe fit silence alors que son professeur se rasseyait, les yeux rieurs. « Remarque très pertinente Hansen, digne d'une conquérante, mais qui cependant ne vous fera pas échapper au devoir de vingt pages sur les dieux nordiques que je compte bien vous donner pour votre manque de concentration récurrent dans ma classe. » Les rires fusèrent alors qu'elle se tassait dans sa chaise, luttant pour garder visage humain. Elle avait apprit que se plaindre dans ces moments là ne servait à rien. Il fallait encaisser, quitte à se venger plus tard.  


« Tu es prête ? » La voix de son beau-père la fit sortir de ses songes alors qu'elle relevait le regard vers la source mère de ces sons. Il se tenait là, droit devant lui, dans un de ses costumes hors de prix. Son père, imposant comme toujours. Les cheveux déjà grisonnant et l'air solide, le regard dur. « Je suis prête. » Balança-t-elle dans un mensonge éhonté. Ce qui sembla contenter l'homme qui laissa naître un sourire sur son visage. Ils étaient rares et elle les chérissait malgré tout. « Alors allons-y. » Et sans plus de cérémonie il passa le bras sur l'épaule de sa fille, y assénant une pression fière avant de la quitter pour entrer dans la salle de réception d'un banquier que la jeune fille n'avait pour ainsi dire jamais vraiment rencontrée. Ils s'étaient croisés dans les couloirs de la demeure new-yorkaise des Echolls, voilà tout. Mais maintenant tout était différent. Maintenant Francesca était officiellement considérée comme une adulte dans ce que les familles pauvres appelaient le monde des bourges. Une jeune femme élevée par un autre, un homme assez bon pour l'avoir accueillit et chouchoutée comme sa propre fille. Elle entendait ces propos tout les jours, une torture pour son esprit déjà troublé par l'abandon de son père. Alors comme eux elle avalerait des petits fours toute la soirée, noyant les goûts divers sous des coupes de champagnes à la pelle tout en parlant de tel ou tel créateur d'un air connaisseur. Ses parents semblaient si fiers d'elle. Une pression de plus pour ne pas se prendre les pieds dans sa robe hors de prix ou renverser son verre sur les cravates aux alentours. La salle était bondée de diamants, de soieries et de vestes sombres. Des fragrances de parfums se mélangeaient à l'odeur des cigares et des fruits frais. Elle était l'une des plus jeunes et pourtant pas la seule adolescente coincée ici pour l'image. Son père l'amena directement aux abord d'un groupe d'hommes dont les cheveux se faisaient grisonnant. Des financiers, des avocats, des juges. Des hommes qu s'exclamèrent en voyant arriver son père, lui serrant la main avant de se tourner vers elle, curieux. « Messieurs, je vous présente Francesca, ma belle-fille. » « Enchanté mademoiselle. On nous avait parlés de votre beauté, on ne nous a pas menti... » Le sourire graveleux du banquier, les rires de ses amis et le contact de ses lèvres frôlant le dos de sa main alors qu'elle la lui tendait, par pure politesse. Elle s'empressa de la ranger dans sa poche une fois les présentations faites et écouta distraitement la conversation. Un détail retenait son attention. Un petit groupe au loin, prêt des escaliers. Des jeunes semblait-il. S'excusant poliment, elle quitta le groupe de bavard pour rejoindre les jeunes qui lui sourirent. « Première soirée pas vrai ? » « Oui. Je suis Francesca. Francesca... » Elle hésita. Utiliser son nom à elle, un nom couvert de honte et d'abandon ? « Francesca Echolls. » Elle tendit la main comme son père le lui avait apprit et se vit frapper la paume par un grand brun aux cheveux en bataille. « Salut. Moi c'est Arthur et ça c'est la bande de clown que je me trimbale à chaque fois. » « Eh ! » Une blonde frappa le bras du-dit Arthur avant que la bande de jeunes ne se mettent à rire, entraînant avec eux une Frankie soudainement moins coincée. ~ ©spacecadet


✯ CHAPITRE DEUX.

18 ANS« Ces résultats sont impressionnants mademoiselle Hansen. Vous êtes incontestablement notre meilleure élément cette année. Vous êtes vous déjà décidée sur ce que vous ferez l'année prochaine ? » La jeune fille osa un sourire poli, serrant légèrement les doigts sur ses genoux pour se raccrocher à quelque chose, de plus en plus stressée. « J'ai passé les entretiens finaux à Harvard il y a deux semaines monsieur. Ils m'acceptent en droit. » Comme son beau père avant elle. C'était facile pour elle d'entrer dans ce genre d'école prestigieuse grâce à sa famille, si tant est que l'on ai un peu de jugeote et beaucoup d'argents de poches. La réponse sembla le combler puisque son interlocuteur lui fit un grand sourire avant de replonger dans son dossier. « Excellent, vraiment excellent. Bon, je pense que ce sera tout. Au plaisir de vous revoir. » « Au revoir monsieur. » Elle se leva, lissant du dos de la main sa jupe impeccable avant se serrer la main du vieil homme et de sortir du bureau. Enfin, le stresse de l'entretien de fin d'année était passé. Il ne lui suffirait plus encore qu'un seul et unique examen et voilà qu'elle en aurat finie du lycée. À dix-huit ans et avec les meilleurs notes de sa promotion elle partait enfin de ce coin perdu du Texas qui l'accueillait depuis toujours, direction Harvard. C'est tout sourire qu'elle sortit du lycée. L'attendaient là sa mère et sa demi-sœur, Sarah. De huit ans sa cadette, elle n'en était pas moins très proche. Elle se jeta sur Francesca dans un cri heureux alors que celle-ci l'attrapait au vol, souriant, la portant dans ses bras. « Alors alors alors ? » « Il pense que je suis trop nulle, du coup il me renvoi et ne me donne pas mon diplôme. » « Tu mens ! » Elle lui frappa l'épaule avec la violence d'un ouistiti en pleine sieste. Pourtant Frankie s'obligea à faire la grimace, jouant la douleur pour le plus grand plaisir de la blondinette. « Il a accepté de te faire une lettre ? » Sa mère, bras croisée, les regardait tendrement. Elle était toujours aussi chic, en robe bleu et veste assortie. Elle semblait heureuse de le voir de si bonne humeur. Si loin de ces images qu'elle avait vu d'elle, de cette période sombre, avant son remariage. « Je l'ai mise dans mon sac. Il a bien précisé que j'étais majore de ma promo et que j'avais un charme fou. » « Arrêtes tes âneries et monte, on va fêter ça. » Elle embrassa la joue de sa mère, portant sa sœur jusqu'à la voiture et s'y engouffrant avec elle. Elle salua le chauffeur comme à son habitude avant de desserrer sa cravate. Elle respirait enfin. Elle n'étais plus forcée de suivre ces règles l'empoisonnant. « Tu devrais la garder, ton père m'a promit de finir plus tôt pour passer un peu de temps avec toi. » Elle regarda sa mère, surprise. Ça faisait un moment qu'ils ne s'étaient pas prit un temps pour eux seuls. « Une soirée père et fille ? » « Juste toi et lui. Moi j'emmène Sarah et Stephen au théâtre. » L'idée la fit sourire. Elle passerait la soirée avec son beau père. Le lendemain elle irait remplir un QCM sur la culture italienne, puis voilà, elle serait libre. Une fête était déjà prévu pour ce weekend chez une amie. Elle allait pouvoir lâcher prise, redevenir elle même, loin des obligations parentales.


« MON DIEU FRAN ! T'es superbe ! » La voix de Tasha se fit entendre dans tout le hall alors que la blonde arrivait tout sourire, vêtu d'une robe blanche au dos échancrée lui arrivait au dessus des genoux. Elle rattrapa son amie au vol, riant aux éclats alors que l'odeur d'alcool attaquait son nez. Son amie avait déjà pas mal bu. Celle qu'elle avait rencontrée deux ans auparavant était devenue ce qui ressemblait le plus à une meilleure amie pour Fran. Depuis cette époque elle traînait encore et toujours avec cette même bande de jeunes qui l'avait accepté le soir le plus long de son existence. Et ce soir bon nombre de ses nouveaux amis seraient là, prêt à fêter la fin des cours comme il se doit. Elle attrapa au passage le premier verre venu, un liquide similaire à de l'eau mais bien plus fort. Elle en avala l'entièreté d'une traite avant de poser son verre, tout sourire. « Comment tu vas ? C'était comment ces derniers examens ? » « M'en parle pas, j'ai complètement foiré la science. Heureusement que Yale me prend pour mes compétences littéraires sinon je serais mal. » « Je suis sur que tu serais très doué en math... Avec une ou deux calculatrices coincées entre tes seins histoire d'être discrète. » La blonde gloussa avant de la tirer à travers la salle. « Faut que je te présente quelqu'un Fran. C'est la cousine de Peter et elle est prise à Harvard. » « Homme d'affaire ou politicien, le père ? » « Aucun, libraire. Mais la fac lui offre une bourse énorme, elle a gagnée des tas de prix. Tu vas voir elle est drôle ! » Francesca soupira. Son amie voulait toujours lui faire connaitre plus de monde, que ce soit les plus stupides filles du pays ou les plus sexys hommes qu'elle rencontrait. Elle allait lui dire qu'elle n'était pas intéressée mais il était inutile de lutter contre la force de son amie une fois qu'elle avait une idée en tête. « Claire ?! Je te présente Francesca, vous êtes prise dans la même fac. » Le regard de Frankie se posa sur la jeune femme en question et son esprit se déconnecta. Grande brune au sourire en coin délicieux, elle semblait tout droit sorti d'un film avec ses courbes fines et ses yeux pétillants. Le genre de fille à lui faire perdre son latin. Elle ne se laissa pourtant pas décontenancée par le sourire de la demoiselle et la salua. « J'ai entendu dire que tu avais eu une bourse ? Et c'est quoi ta spécialité ? » « Disons que j'ai écris quelques articles ayant beaucoup plu autour de moi. » Une fille intelligente donc. Le genre de personne qui restait dans son entourage. Elles échangèrent un long regard, silencieuses, avant que Tasha ne se mette à crier pour couvrir la musique. « C'EST L'HEURE DE DANSEEEEER ! » Et c'est en sautant partout qu'elle attrapa Frankie pour l’entraîner dans une danse endiablée.  ~ ©heardshelps


✯ CHAPITRE TROIS.

20 ANS« Voici donc le fameux Arthur ! » La voix de Echolls père résonna dans le hall alors que Frankie débarrassait le jeune homme de son manteau alors qu'il lui adressait un sourire de support avant de se tourner vers l'homme qui lui tendait les bras. « Monsieur Echolls, c'est un plaisir de vous avoir enfin en face. J'entends beaucoup parler de vous. En bien je précise. » Le beau père de Francesca parti dans un rire grave alors que la jeune femme serrait contre elle sa pochette, attendant son compagnon. A vingt ans, elle pouvait se venter de sortir avec le plus prisé des jeunes hommes d'Austin. Le couple, de passage pour les fêtes de fin d'année, en avait profité pour faire un arrêt chez les Echolls afin de présenter de manière plus officielle le jeune homme à ses parents. « Depuis quand êtes vous ensemble déjà ? J'ai l'impression d'entendre votre nom depuis au moins trois siècles. » « Merci papa, je ne pensais pas qu'on  te sembleraient si vieux. » Arthur laissa échapper un rire avant de passer le bras autour de sa taille, la calmant comme il pouvait. « C'est pas ce que je voulais dire pardon. J'espère que je ne vous ai pas vexé. » « Pas du tout monsieur, ne l'écoutez pas. En faite ça fait... » Il se tourna vers Fran, la questionnant du regard. Elle lui fit un sourire avant de terminer sa réponse. « Ça va faire un an et demi bientôt. Assez pour qu'il puisse dîner avec nous je suppose. » « Et tu supposes bien !  Allez les jeunes, passons à la salle à manger. Ta mère nous attends et elle risque de râler si on n'arrive pas assez vite. En plus Dona nous a fait du poisson. » Frankie regarda avancer son père vers la grande salle à manger familiale et attrapa la main d'Arthur. Il la regarda tendrement, serrant ses doigts entre ceux de la jeune femme qui lui offrit son plus beau sourire et suivit son paternel sans plus un mot.  

Le froid commençait à envahir la pièce plongée dans l'obscurité et doucement Francesca se leva pour aller fermer la fenêtre de sa chambre. Elle revint discrètement dans le lit, espérant ne pas avoir réveillé le corps étendu à ses cotés. « ... Dis Fran. » Oups, raté. S'allongeant sous la couette douce contre la peau nue de son flan, elle redressa cependant la tête, la posant sur son bras replié en un coussin de fortune. « Oui ? » Sa voix n'avait été qu'un murmure pourtant elle était sur de s'être fait entendre. Après quelques longues secondes la voix se manifesta à nouveau. « J'ai pas demandé, mais ça c'est passé comment avec Arthur ce soir ? » Décontenancée, Francesca se redressa pour de bon dans le lit, s’asseyant contre le panneau de bois. Elle ne savait pas trop quoi répondre pour le coup. « Bien, je crois. Ma mère avait l'air contente et mon père lui n'a pas arrêté de faire des blagues et de lui raconter sa vie. Même Steph' l'a trouvé trop cool. » Une main se posa sur la hanche ronde de la jeune femme, le caressant du bous des doigts. « C'est cool alors. Et lui, il s'est senti comment ? » « Il s'est amusé je suppose. Il adore tout ce cirque apparemment. » « Et toi ? » Fran posa son regard sur son amante. Claire à ses cotés avait les yeux toujours clos et seul le mouvement de ses doigts montrait qu'elle ne dormait pas paisiblement. Là, les cheveux en batailles et l'air détendu, elle lui semblait encore plus belle que toujours. Fran vint déposer un tendre baiser sur l'épaule nu de son amante, chassant la main pour venir se blottir contre elle. « C'était bizarre. J'étais là avec lui, à jouer la comédie. Et je n'arrêtais pas de penser à toi. N'empêche que je lui revaudrais ça. Depuis le temps qu'ils me tannaient... » Claire ouvrit les yeux et les plongea dans les deux océans d'azurs de Frankie. « Pourquoi tu ne leurs dis pas simplement ? » « T'es folle ? Et dire à mon père que j'arrête mes études pendant que tu y es ! » « Tu te fais du mal à leur cacher la vérité. Et tu ne supportes pas ce que tu fais. Je le sais chérie. Tu devrais- » « Je ne dois rien. On en a déjà parlé C. Nous deux, ça ne regarde personne. » Elle vit sa petite amie ouvrir la bouche comme pour répondre et vint l'embrasser avec passion, le faisant taire pour de bon.  ~ ©heardshelps


✯ CHAPITRE QUATRE.

22 ANSbla  ~ ©heardshelps


✯ CHAPITRE CINQ.

24 ANSbla  ~ ©heardshelps


✯ CHAPITRE SIX.

26 ANSbla  ~ ©heardshelps


✯ CHAPITRE SEPT.

28 ANSbla  ~ ©heardshelps


✯ CHAPITRE HUIT.

30 ANSbla  ~ ©helperz-help


✯ CHAPITRE NEUF.

32 ANSLa pluie battait contre les vitres de sa voiture. L'orage grondait dans New York. Son cœur était au bord de l'implosion. Le gout fort de l'alcool encore sur les lèvres, Frankie se perdait dans les méandres de son esprit. Dix ans. Dix ans jours pour jours que Claire était morte. Dix ans qu'elle ne s'était pas remise de ce choc, de cet appel qui avait bouleversé sa vie. Heureusement, il y avait son fiancé, Thomas. Sans lui... Elle ne voulait même pas y penser. Mais Claire... Un malheur toujours présent, un vide qu'elle n'avait pu combler. En ce réveillant ce matin là, elle avait pensé à ce concert qu'il lui faudrait donner quelques jours plus tard. Elle s'était ensuite surprit à penser aux oiseaux, à la mer, aux cheveux de Thomas et à ce garçon, Elyas, qu'elle avait rencontrée à un concert. Elle avait déjeuné en pensant au boulot, à sa famille, quittée trop vite, à Sarah et Stephen et au mariage qui d'arrivait toujours pas. Elle avait pensé à ce mariage qui lui minait le moral, preuve incontestable qu'elle était seule et avait tout perdu. Elle avait pensé à cette robe qu'elle devrait réessayer après une soudaine perte de poids. Elle avait pensé au tapis qu'elle devait acheter pour la salle de bain qu'ils refaisaient. Elle avait pensé aux fruits frais que sa femme de ménage avait oublié d'acheter. Elle avait pensé à septembre et aux balades qu'elle s'était promise de faire en ville. Elle avait pensé au soleil, à la vie et aux sandwichs qu'elle achetait souvent en bas de son immeuble. Pas une seule fois elle ne pensa à Claire, pas un seul moment avant que ses yeux ne tombent sur la date affichée aux infos alors qu'elle se servait son énième verre d'alcool. Dix ans. Elle avait soudainement oublié. Le deuil ne la définissait plus, plus rien ne le définissait. Elle s'était faite rattraper par la panique et avait fait ouvrir le premier fleuriste venu, achetant un de ces bouquets de camélia blancs, ses fleurs favorites. Elle les avait mit dans sa bagnole, à coté de cette bouteille de tequila qu'il lui avait prit d'embarquer. Et ivre, elle était parti. Pour Chicago, pour cette tombe qu'elle n'avait plus jamais revu. Pour cette vie qu'elle avait complètement mise de coté. Pour cette souffrance qui n'avait plus lieu d'être. Et le coeur au bord des larmes alors que l'eau tombait en déluge sur le capot de sa voiture, elle fonçait. Dans un silence de mort l'asphalte se faisait sentir sous les roues lancées à toute allure. Elle entama une litanie, murmurant sans cesse des pardons inaudibles alors que ses mains tremblaient. L'alcool, le chagrin, la douleur. Autre chose. Elle n'aurait su dire. Mais au diable Thomas, au diable ses fans et au diable sa vie. Elle n'était plus que musique. Musique et remords. Dix ans plus tôt elle avait refusée d'accompagner la femme qu'elle aimait dans ce long voyage. Et le regret avait fini par l'empoisonner. Les phares de l'autre voiture se firent lointain d'abord. Elle roulait trop vite, bien trop vite. L'embranchement arrivait. L'autre ne l'avait pas vu, comment aurait-il pu ? Elle roulait tombeau ouvert, phares éteints et cœur perdu. C'était bon, si bon. Elle était libre, comme ces jours passés, la drogue dans ses veines et la tête ailleurs. Trop libre. Elle passa au rouge, et un sourire éclot au bous de ses lèvres. Et dans un silence assourdissant l'autre voiture s'encastra sur le coté conducteur, culbutant au niveau du capot la bagnole de luxe de la musicienne. La force du choc fit glisser sur plusieurs mètres le véhicule alors que tout explosait. La taule se froissant. Les vitres se brisant. L'eau s'écoulant à l'intérieur de l'habitacle. La douleur prenant ses quartiers dans son pied d'abord. Et soudainement, l'horreur. Son coeur qui explosa. Son souffle qui se perdit, trop court. Et son oreille qui sembla se déchirer. un morceau de verre, un morceau pas plus grand qu'un ongle. Une arme terrifiante. Et ce sifflement dans son esprit alors que le sang s'échappait de son tympan. Elle cligna des yeux, l'esprit perdu. Et derrière l'horrible sifflement, le grand silence. Puis soudain, le noir.  


Odeur de formol, bouche pâteuse, mal de crane incessant. Francesca se réveilla un après midi, deux jours après son accident. Elle papillonna des yeux, gênée par l'intensité du soleil reflétant contre les murs blancs. Autour, personne. Et dans son esprit le souvenir du terrible accident. Elle cligna des yeux pour s’accommoder de la lumière et tenta de se redresser dans son lit. Elle abandonna cependant alors qu'une douleur fulgurante se propageait dans tout son torse. Une infirmière entra, dossier en main, et sembla surprise de la voir s'agiter ainsi. « Non mademoiselle Hansen vous devez rester allonger. Vous avez plusieurs cotes de cassées. » Pourquoi parlait-elle si bas ? Elle obéit, le crane lourd. Le sifflement était toujours là, insupportable, omniprésent dans son oreille gauche. « Où sui- » Elle se stoppa net. Cette voix. Cette voix n'était pas la sienne. « Qu'est-ce... » Elle se tut, incapable de comprendre ce qui lui arrivait. « Ne paniquez pas, c'est un effet normal. Mademoiselle Hansen vous venez de dormir deux jours après un grave accident de voiture. L'autre personne va bien, juste quelques problèmes de mémoires. Vous... Votre vitre a explosée et un morceau est venu se loger dans votre oreille. Sous le choc de l'impact, votre tympan gauche n'a pas tenu le coup. Les médecins ont fait ce qu'ils ont pu mais nous n'avons pas pu réparer la déchirure. Nous devons vous faire passer des tests mais il y a de forte chance pour que vous ayez perdu environ 50% de vos capacités auditives. « Quoi ? Non c'est impossible, j'ai un concert ce weekend ! » Sa voix. Elle lui était insupportable. C'était elle sans l'être vraiment. 50% d'elle même, pire que lorsque la cocaïne envahissait ses sens. « Désolé pour votre concert, mais il y a trop de tests à faire pour vous laisser sortir aussi vite. » « Parlez plus fort merde, j'entends rien ! » La vérité qui sortait de sa bouche. Elle resta muette un instant, trop choquée pour vouloir comprendre. Elle n'entendait plus rien. Elle leva fébrilement la main, la portant à son oreille gauche. Et claqua des doigts. Rien. « J'entend plus rien... » ~ ©heardshelps


Dernière édition par Frankie Hansen le Mar 4 Nov - 19:42, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sutton Fawkes
one l a s t time i need to be the one takes you h o m e;
Sutton Fawkes

Messages : 611
Subscribed : 10/10/2014
Credits : © argents, tumblr.
Face + dc : nina dobrev (dc: laura, tiff et leigh)
Pseudo : hales, clau.
Job + $ : propriétaire d'un refuge pour animaux, $$$.
Heart status : lately i've been waking up alone.
Years-old : twenty-six yo.

Feuille de personnage
RELATIONSHIP:

It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die Empty
MessageSujet: Re: It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die   It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die EmptyLun 3 Nov - 23:49

Rebienvenue chez toi. It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die 1503891011 It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die 2002019472

_________________
someone tell me when i can start a g a i n and rewrite this story. how long can i stay, l o s t without a way to rewrite, i wish i could r e w r i t e this story. / COLLINSDOBREV
Revenir en haut Aller en bas
https://ultraviolence.forum-canada.com
Frankie Hansen

Frankie Hansen

Messages : 6
Subscribed : 03/11/2014
Credits : wayland + silver lungs
Face + dc : erw
Pseudo : une brune qui vous adore
Job + $ : musicienne désabusée
Heart status : en cours
Years-old : trente deux années de folie

It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die Empty
MessageSujet: Re: It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die   It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die EmptyMar 4 Nov - 17:39

Merci :hap: It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die 2002019472

_________________
I'm trying to hope
with nothing to hold
I'm in love with you, and I'm not in the business of denying myself the simple pleasure of saying true things. I'm in love with you, and I know that love is just a shout into the void, and that oblivion is inevitable, and that we're all doomed and that there will come a day when all our labor has been returned to dust, and I know the sun will swallow the only earth we'll ever have, and I am in love with you.
Revenir en haut Aller en bas
Nohe Whishaw

Nohe Whishaw

Messages : 99
Subscribed : 24/10/2014
Credits : hales (avatar). // tumblr (sign).
Face + dc : adelaide kane.
Pseudo : l'oisillon bleu.
Job + $ : composer/lyricist (musician).
Heart status : widow.
Years-old : twenty-four yo.

It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die Empty
MessageSujet: Re: It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die   It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die EmptyLun 1 Déc - 21:58

Bienvenue I love you

_________________
it's all right to make mistakes you're only human, inside everybody's hiding something take time to catch your breath and choose your moment don't slide. you bought this on yourself and dream of something else instead. w/ dido.
Revenir en haut Aller en bas
Selsy Brishes
SHE'S STRONGER THAN YOU KNOW, A HEART OF STEEL STARTS TO GROW.
Selsy Brishes

Messages : 268
Subscribed : 24/10/2014
Credits : Hales and pondeliciou/tumblr.
Face + dc : Jenna Coleman.
Pseudo : Argents ~ Vendela.
Job + $ : Barmaid, writer & psychologist.
Heart status : Things are complicated.
Years-old : Twenty-seven yo.

Feuille de personnage
RELATIONSHIP:

It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die Empty
MessageSujet: Re: It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die   It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die EmptyDim 7 Déc - 22:20

Le délai de réservation de ton avatar et pour ta fiche s'est terminé. Si nous n'avons pas de nouvelles de ta part, nous devrons supprimer ton compte. I love you

_________________
Lay down your swords, lay down your pistols. Call off your dogs, show no r e s i s t a n c e. You'll fall like a guillotine, and kneel before the queen. You'll fall like a g u i l l o t i n e, and I will rise.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die Empty
MessageSujet: Re: It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die   It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

It's a brand new day and the sun is high. All the birds are singing that you're gonna die

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHASING THEIR TAILS :: - ALL THE DAMN TIME - :: Run For The Fences :: Haters Gonna Hate-